page d'accueil.
l'idée

Jackson et Ramey


mon cheval , Jamie


 

La Fourbure


Deux cas de fourbures


notions de base


quelques chevaux d'ailleurs


 réflexions et mises à jour
 


mes liens

 

  Notions de base  
 Le parage en "quelques" mots

D'abord, très important, on s'assure que notre cheval est bien placé, à l'aise, attaché si nécessaire. En suite, on s'assure de notre propre sécurité; des gants, de bonnes chaussures et un tablier de maréchal (ou des vieux chaps, ou même un vieux jean avec des morceaux de cuire collés dessus) et notre matériel de parage à porté de main ; une bonne râpe, deux rénettes droite et gauche , une pince à corne ( à parer)et un tri pied pour faciliter les finitions. Si en plus, il faut enlever  des fers, il nous faut un  dégorgeoir, un mailloche, un pince arrache-clous et un tricoise à déferrer! Après, le parage peut commencer ! Ceci n'est pas un guide de "comment faire" mais sert juste pour indiquer le déroulement d'un parage naturel.

 

On va d'abord curer le pied, ensuite, toujours avec le cure-pied, on va bien gratter la sole pour enlever tout ce que la nature aurait pu faire pour nous si le cheval avait eu l'opportunité de bien utiliser ses pieds. Donc tout ce qui est poudreuse et facile à enlever, on le fait. Ca nous indique jusqu'a ou on peut enlever la paroi .Un fois qu'on est sur d'avoir bien enlevé tout ce qui était possible , on va couper ou râper la paroi qui dépasse la sole! Si on est très adroite, on peut utiliser les rénettes. Au début, c'est plus sur avec la râpe.   

Sur la photo, on peut voire l'angle dans laquelle on tiens la râpe, plus ou moins plat par rapport à la sole. Ensuite, un fois la superflu de paroi enlevé, on regarde les bars et s' ils sont couchés ou trop hautes ( c'est quoi "trop haut"? Même hauteur que la paroi) on les coupe avec les rénettes, attention, aller doucement. Il vaut mieux être prudent au début et ne pas assez couper que de trop enlever d'un coup! Je commence à me rendre compte combien il est difficile de bien décrire le parage en "quelques mots"! Je vais devoir y consacrer une page entière! On continu quand même ! Les barres seront coupés à la même hauteur que la sole ou en laissent dépasser de quelques millimètres. Puis c'est au tour de la fourchette d'être coupé, elle doit être "passive", c'est à dire, ne pas dépasser les talons. En le coupant   on se rende compte que c'est une matière bizarre, comme du caoutchouc. Il peut y avoir des taches rouges foncés,dedans, ce sont des bleus!! Signe que la fourchette était trop haut ou tout simplement que le cheval à mis son pied sur quelque chose de dur. Ceci fait, on va arrondir  la paroi, faire le fameux "mustang roll"!! Pour ça, on place le pied de notre cheval sur le tri pied, ou sur notre genou, et on place la râpe perpendiculaire à la paroi                                                           Regarde bien les photos des sabots des chevaux sauvages, leur paroi est lisse et ronde de partout, il n'y a pas d'angles abruptes! On va essayer d' imiter ça. Ensuite, et c'est le plus dur à expliquer, il faut s'assurer que le pied est équilibré! Pour ça, on le tiens comme si on allait curer le pied mais on le laisse pendre plus librement. Notre regard va donc des talons jusqu'a la pince et il faut que les talons ont le même hauteur que la pince.   Donc pas de bords de la paroi qui dépasse plus à une coté que à l'autre. Seul les quartiers ont le droit d'être plus bas  ce qu'on peut bien voire sur cette photo. Si après tout ça nous avons l'impression de ne rien pouvoir enlever de plus, notre parage est terminé.......jusqu'a la prochaine fois, après 5 jours ou 3 semaines! Tout dépend de ce qu'on fait avec notre cheval entre temps. Plus il est monté pieds nus, plus ses sabots vont s'user naturellement. Au début, il faut laisser au cheval le choix ou il mets ses pieds. S'il est très sensible, ne pas le forcer à marcher sur les cailloux , par contre, marcher sur le macadam lui fera le plus grande bien! (plus sur le sujet plus loin, en bas) Ecouter notre cheval et il nous dira de quoi il est capable.

J'aimerais ajouter que seul un bon parage ne suffit pas, l'idéal est que le cheval vit dehors 24/24 avec des congénères. Rester immobile est le pire ennemi des pieds, il faut qu'ils bougent pour une meilleure circulation sanguine ! Donc n'enfermez pas vos chevaux, laissez les aussi libre que possible !

Pourquoi parer comme ça ?
Le but du parage naturel (wild horse trim) est d'essayer d'avoir des sabots qui ressemblent le plus aux sabots des chevaux sauvages. Mais il ne faut pas non plus avoir que cette image en tête sans regarder l'ensemble du cheval .Chaque cheval est différente et il faut en tenir compte et laisser les sabots nous "parler», puis prendre le temps pour bien faire notre travail.

Il faut essayer d'optimiser les pieds de nos chevaux et ça peut dire que certaines vont avoir des sabots qui ne ressemble pas du tout à notre model sauvage! Il ne faut pas se faire décourager par ça ou se laisser influencer par certaines choses qu'on pourrait lire ou entendre dire. Bien regarder son cheval, comment il bouge, comment il se comporte, il va tout nous dire si on veut bien prendre la peine d'écouter!


Que font les fers ?

Avec un pied non ferré, il y a expansion et contraction de la paroi avec chaque poser et lever du pied .Quand le pied est "tenu" par un fer , le mouvement encore possible de la paroi cause une empreinte sur le fer ! Peut-être pas très visible sur la photo si dessous mais on peut la voir quand même!En plus , un fer est toujours posé dans la phase contractée du pied (lever) donc dès que le cheval met son pied par terre , il ne peut presque plus se dilater! Quand le mécanisme du pied est entravé par le fer, la "pompe" ne marche pas comme il le faut et le résultat est une mauvaise circulation sanguin ! Sur ce petit cliche ( du site de Dr H.Strasser) on peut voire un image infrarouge de trois pieds non ferres, et d'un pied  ferré .....la jambe bleu montre un mauvaise circulation, due a la fer !

            

Bien sur, les fers causent beaucoup plus de dégâts , bien visibles souvent. Des fissures, seimes, mauvaise état de la corne à cause des clous.  Et la plupart des maréchaux le savent, ils appellent les fers " un mal nécessaire"! Et leur remède pour bien des problèmes de pieds est : mettre le cheval au pré.....sans fers!!


  

Les flèches blanches montrent l'empreinte sur le fer.


Une évasement est une évasion de la paroi . Sur la photo, (désigné par la ligne blanche),on voit clairement que la paroi ne suit pas le même angle que la pousse de corne juste en dessous de la couronne. Il y a séparation de la ligne blanche! On va donc arrondir la paroi (mustang roll) pour éviter qu'elle se creuse et que la ligne blanche s’étire encore plus. La corne risque moins de se fissurer ( plus de seimes!!) Le pied à aussi un meilleur point d'appui .On voit très bien sur le 2eme pied que le bord est arrondi, comme sur les sabots des chevaux sauvages .
(merci à Marjorie Smith de "barefoothorse.com" pour les photos)

Article de Pete Ramey: Going Nuts over Flares??

Traduite en Français " les évasions vous rendent dingue?" 

Evasions.pdf

 

 

Les différents "types" (ou méthodes) de parage:

 Il y a la méthode traditionnelle, la façon que chaque maréchal apprend  à l'école. J'ai un petit livre qui date de 1905 "Manuel de Maréchalerie" ou on peut lire :

Ø      Le sabot, à l'état de nature, conservé parfaitement sa forme et ses qualités par suite des conditions suivantes:

Ø      L'élasticité est complète sur un pied dont la fourchette appui en plein sur la terre

Ø      L'usure constante qui se produit maintient le pied d'une longueur convenable et dans un aplomb régulier

Ø      La sole a toute son épaisseur et empêche les talons de se resserrer

Ø      Les poils de la couronne recouvrent et garantissent le bourrelet: le vernis de la paroi protège le pied contre les alternatives de sécheresse et d'humidité

Ø      Enfin, l'eau du sol, la rosée, la fraîcheur de l'herbe, maintient le sabot dans un état d'humidité très favorable à la conservation de sa forme

Ø      Sur le pied vu "au lever" le livre dit: le beau pied a la sole moyennement creuse et épaisse, la fourchette d'un seul bloc, forte, saine et assez dure. Les lacunes sèches et bien ouvertes, les barres rectilignes et moyennement inclinées.

Donc, il y a plus de cent ans, ils savaient aussi à quoi   un pied sain  devrait ressembler. De tout façon, Xénophon le savait déjà et avant lui, bien d’autres.

Puis, il y a la méthode de Jackson et Ramey: The Wild Horse Trim. (parage de cheval sauvage) Cette façon de parer essai d’imiter au mieux le sabot d’un cheval sauvage, vivant en liberté sur terrain varié. Tout dépend d’ou vit notre cheval et de ce qu’on fait avec lui. S’il vit dans des prés boueux pendant l’hiver qui deviennent dur pendant l’été, les pieds vont essayer de s’adapter à chaque changement. Si en plus, on le monte sur terrain varié, le parage va s’avérer assez difficile. Sur terrain mou et souple, le sabot sera plus concave avec une fourchette plus haut dans la sole, puisque le pied peut s’enfoncer dans la terre, la fourchette garde toute sa fonction.(je vais revenir sur ce sujet) Mais si tout d’un coup, ce même pied, doit travailler sur sol dur, la fourchette n’aura pas de contact avec le sol et le sabot portera tout le poids du cheval sur la paroi du sabot !La paroi (les laminées) n'ont pas été prévu à ce tâche, on va l'affaiblir. Dans ce cas, il faut faire un parage qui va permettre au cheval de vivre confortablement dans son pré et en même temps, être à l’aise sur terrain dur. Garder la paroi aussi courte que possible avec talons bas. Mais ne pas enlever quoi que ce soit de la sole, sauf quand c’est poudreuse. Et ne pas toucher la fourchette sauf si elle dépasse largement les talons ! Et toujours faire un bon « mustang roll » (arrondi du mustang)

                             Ici, un pied paré façon WHT(wild horse trim) La sole et la fourchette sont intact!

Et puis, il y a la méthode Strasser. La façon dont moi je l’ai appris en faisant quelques stages, est beaucoup plus rigoureuse. Il y a les angles (voire à droite) qui sont scrupuleusement suivis, sur chaque cheval pareil. Et la grande différence est que la sole est coupé pour le rendre concave. Pour cela, on commence à nettoyer autour de la fourchette, la petite ligne sale (dirtline)  va disparaître en coupant du point le plus profond à l’apex de la fourchette jusqu'à la paroi. C’est un mouvement très fluide avec la rénette, tout devient lisse. Les barres sont ainsi raccourci au maximum, en laissant juste un peu de barre au début, là ou a fourchette est le plus large. C’est ce que je trouve le plus difficile à comprendre avec cette méthode : comment savoir ce qu’on doit enlever et ce qui doit rester. Aussi la façon dont il faut couper la sole est très délicate, on voit assez souvent (trop souvent à mon goût) la sole devenir rose parce que on est trop près de la structure interne. A mon avis, c’est une méthode pour les professionnelles et les vétérinaires ! Pour ma part, je refuse de couper la sole de cette façon ! Si on ne sait pas exactement ce qu’on fait, je trouve qu’on peut faire des erreurs énormes ! Je ne prends pas ce risque là !

                           Ici, vu de dessous après un parage façon "Strasser"

 

 

 

 

 

 

.

 Le rôle de la fourchette
.La fonction de la fourchette est, en partie, d'absorber les chocs et d'aider la propulsion du cheval. Avec un fer posé sous le pied, la fourchette ne touche même plus par terre et perd sa fonction. On peut voir la différence entre les 2 pieds, celui de droit à une fourchette qui remplie pleinement sa fonction !

     


Il est très important que le cheval atterrisse sur le talon en premier .L'absorption des chocs est meilleure et le petit os naviculaire (petit sésamoïde) ainsi que le système de poulie ne souffre pas .En plus, tout alignement des phalanges est mieux pendant la réception sur les talons .Il faut donc essayer d'avoir les talons bas et la pince assez courte.

                        

Autre avantage d'un atterrissage sur les talons avec des pinces courtes: le cheval risque moins trébucher! 



.De temps en temps, je parle des "angles" , j'aimerais bien expliquer un peu. Sur la page des chevaux d'ailleurs, on voit quelques photos  ou j'ai dessiné des lignes dessus. On voit surtout que la plupart du temps, la nouvelle pousse de corne, juste en dessous de la couronne, est plus droit que le reste de la paroi. ..  (Photos de hoofrehab.com)

                                        

Ici on le voit sur la photo à gauche, là ou j'ai mis la flèche, que la nouvelle pousse est plus vers le bas que le reste de la paroi. Pour y remédier, en enlève tout ce que nous pouvons sans faire mal bien sur! On voit le résultat d'un parage fait par Pete Ramey, sur la photo à droit. On peut aussi remarquer qu'il a nettement pu baisser les talons, le cheval ne les à plus sous lui !La forme du sabot est plus correct! Remarque: c'est le même pieds quelques mois plus tard.

Pour revenir sur les angles: les études fait par Jackson et Ramey ont démontré que les chevaux sauvages ont tous, plus au moins, les mêmes angles. Les antérieurs sont  différents que les postérieurs.

Jackson à trouve des mesures suivants au cours d'études fait sur des centaines de chevaux sauvages:

pour les antérieurs: entre 48° allant jusqu'au 62°, le milieu se situant entre 52°et56° étaient les plus courants.

pour les postérieurs: entre 51°allant jusqu'au 65°, le milieu se situant entre 56°et60° étaient les plus courants.

La longueur de la paroi de la couronne jusqu'a la pince, antérieurs et postérieurs confondus :

6.03cm allant jusqu'a 9.53cm, la moyenne se situant entre 

7.3cm et 8.3cm.


Ramey dit la suivant:

L'angle des postérieures est plus droit que l'angle des antérieures, d'au moins 5°.

Il dit aussi que les grains de la pousse (de la paroi) au pince,sont perpendiculaire par rapport au  sol                  

Je sais que ce n'est pas très claire mais on peut voire les stries sur la paroi, c'est l'angle de la pousse de la corne.


 Le med.vet.H. Strasser est beaucoup plus stricte:

pour les antérieurs: 45° à 50°

pour les postérieurs: 50° à 60°

l'angle de la couronne avec le sol doit être 30°

la hauteur  des glomes : 3 à 4cm

  Mon cheval Jaimie

à des glomes trop hauts, d'après les mesures "Strasser"

Pour prendre ses mesures là, elle utilise un outil fait en plexiglas, on peut le fabriquer nous même, vous trouverez le model ici:

HoofAngle.pdf

exemple d'utilisation :

.

.                                                                                                                                                                                             .                                     cheval-sans-    fers